Ma vie, c'est d'être fan

Aller en bas

Ma vie, c'est d'être fan

Message par Origo le Jeu 5 Avr - 9:34

De quoi, ou de qui, êtes-vous fan ? ou que vous appréciez simplement beaucoup. Célébrité, musique, jeu vidéo, jeu de rôle, film, série, livre, BD, etc...

Et tant qu'on y est, quand et comment êtes-vous tombé-e dans la marmite, qu'est-ce qui vous plaît autant (et moins) dans cette œuvre ou chez cette personne ? Postez une tartine ! ou moins.

/!\ Attention, ne faites pas de spoilers !
avatar
Origo
Admin

Messages : 178
Date d'inscription : 31/01/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://lartdelentraide.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma vie, c'est d'être fan

Message par Invité le Jeu 26 Avr - 9:40

Alors moi c'est un fun fact qui a rien à voir avec un truc physique.

Bon ça me permet d'évacuer certaines choses. C'est quand j'ai fabriqué mon personnage pour écrire avec, et que je rencontre un autre joueur avec qui on parle d'une relation tout à fait ambiguë. C'est d'autant plus fabuleux de se dire qu'on est exactement sur la même longueur d'onde. Qu'on peut pas définir la relation parce qu'elle est trop véritable. Ça sort de l'ordinaire tout en étant vraiment ancré dans quelque chose de crédible.

Moi je suis fan de ça, de cette osmose quand on se sent comme nos personnages. À la fois forts, brillants, très violents et captivants mais aussi vulnérables, effrayés et tendres.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma vie, c'est d'être fan

Message par Azel le Jeu 26 Avr - 19:55

Tu parles de RPG je suppose ? (: Seulement sur les forums ?

C'est super que le jeu ait une fonction aussi cathartique (si je me trompe pas de mot ?) pour toi et que tu arrives à construire des relations si complexes.
avatar
Azel
Crayon volontaire

Messages : 82
Date d'inscription : 01/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma vie, c'est d'être fan

Message par Invité le Jeu 26 Avr - 23:24

Oui de RPG, c'était pas clair. Et oui aussi, sur les forums ! Tu as déjà fait du RPG autre part ?

Je ne sais pas si c'est le bon mot, c'est possible. J'ai tendance à être "fan" (faut le prendre avec des pincettes celui-là) de trop de trucs, le mot sort facilement de ma bouche. Une petite émotion provoquée et hop ! Fan.

De quoi t'es fan ? Hahaha c'est bizarre non, posée comme ça ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma vie, c'est d'être fan

Message par Azel le Jeu 26 Avr - 23:59

J'ai fait du RP sur les forums de façon sporadique pendant une dizaine d'années, je dirais, mais ça m'a toujours posé des problèmes. ^^ C'est très rare que j'arrivais à rester sur un forum et même alors, je n'arrivais pas à développer mes persos, du coup j'ai fini par laisser tomber. Y a des choses que j'ai regrettées, mais au fond c'est sans doute pas le médium qui me convient le plus et puis j'allais pas continuer à poser des lapins aux gens.

En fait j'aurais pu employer le mot "passion", à la place (mais sinon j'avais pas mon titre à la Pascal Obispo quoi ):). Il y a plusieurs choses qui me passionnent mais je suis à l'opposé pour l'utilisation du mot "fan", je ne l'emploie rarement sinon jamais pour moi-même. ^^'

Et du coup, un des trucs qui me passionnent, c'est les chevaux Les animaux mignons par extension. Si tu me lances sur l'hippothérapie, j'aurai jamais fini. Ça m'a sauvé la vie. Je travaille aussi comme bénévole avec un poney qui a eu un passé difficile, au clicker-training. Et je me sens attachée à ce poney et à mon cheval préféré du manège. Ils ne l'ont pas cherché mais ils m'ont tellement donné.
avatar
Azel
Crayon volontaire

Messages : 82
Date d'inscription : 01/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma vie, c'est d'être fan

Message par Invité le Ven 27 Avr - 12:28

Problèmes d'intégration ? Des fois c'est juste un souci de milieu, d'ambiance. Alors qu'on a tout ce qu'il faut. Les idées, le perso, l'envie d'avancer. Mais si l'environnement où tu es n'est pas sain, inspirant (genre moi des fois ça me gave parce que les autres tiennent pas mon rythme, juste ça) bah ça fonctionne pas hélas.

Ah oui les canassons. C'est vrai qu'ils sont chouettes à regarder galoper dans la campagne. Ils t'ont sauvée ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma vie, c'est d'être fan

Message par Azel le Ven 27 Avr - 20:54

Non, je crois que les problèmes venaient surtout de moi. ^^' J'ai longtemps eu beaucoup de mal (pour pas dire que c'était impossible) à m'intégrer dans n'importe quelle communauté. Et le RP en soi me posait des problèmes au niveau du développement des persos.

J'ai du mal à expliquer toutes les raisons, si j'essaie, ça va vite devenir un pavé... xD L'hippothérapie m'a vraiment donné une passion au moment où j'en avais besoin, et puis aussi permis de nouer une relation privilégiée avec un animal alors que je ne l'espérais plus. Il y a un côté "pratique" dans cette thérapie que le cabinet d'un-e psy (pas pour dire que c'est mieux ou moins bien mais juste que c'est différent) ne peut pas t'offrir. Et les chevaux ont une sensibilité extraordinaire, je crois que c'est difficile de s'en rendre compte, c'est un cheval particulier du manège qui m'a fait craquer perso et m'a aidée à en prendre conscience. C'est des véritables miroirs à émotions. C'est un contact très différent, je trouve, d'avec un chat ou un chien (pas pour dire que c'est mieux ou moins bien encore une fois) à cause de la force de la bête, de son côté imprévisible. J'ai parlé avec des gens qui travaillent avec les chevaux depuis des dizaines d'années et ils me disaient que même après tout ce temps, tu fais encore des erreurs et tu apprends toujours. Tu peux pas prendre la grosse tête avec les chevaux ou si tu essaies, tu risques de déchanter violemment un jour ou l'autre ^^' à moins de t'en foutre et de les maltraiter malheureusement, c't un autre sujet. Mais c'est qu'une petite partie de ce qui me fascine et me fait progresser avec eux. (Fin voilà, je risquerais vite de sombrer dans le pavé...)
avatar
Azel
Crayon volontaire

Messages : 82
Date d'inscription : 01/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma vie, c'est d'être fan

Message par Invité le Ven 27 Avr - 22:04

T'as l'air d'avoir une sacrée histoire. Fais des pavés, c'est bien les pavés. Je me nourris de ça.

De mon côté je crois que j'aimais pas les chevaux étant petit, parce que ça écoutait pas mes ordres hahahaha. J'ai un côté un peu control freak pour lequel les animaux ont bien peu de respect, n'est-ce pas !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma vie, c'est d'être fan

Message par Azel le Sam 28 Avr - 5:35

Eh ben, un jour, je posterai un roman (:

avatar
Azel
Crayon volontaire

Messages : 82
Date d'inscription : 01/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma vie, c'est d'être fan

Message par Invité le Sam 28 Avr - 10:26

Waaaaa génial ce livre !!! J'ai bien envie de l'acheter

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma vie, c'est d'être fan

Message par Azel le Jeu 3 Mai - 22:20

*s'installe avec une pipe et un chat sur les genoux*

(Je ne rigolais vraiment pas pour le pavé. Limite j'aurais dû structurer en chapitres. xD Si quelqu'un lit tout, il est très fort.)

Il y a bien, bien longtemps, il y a trois ans quoi, j'ai découvert l'hippothérapie par hasard à l'hôpital. BÊÊÊH On nous avait offert une séance dans un manège, qui avait consisté à faire des tours au pas dans une piste sur le dos d'un cheval. Ça m'avait pas renversée, mais c'était bien mieux que d'être dedans.

Ma mère décida donc que c'était ce qu'il me fallait (un éclair de génie de sa part) et découvrit une ferme équestre assez près de chez moi, par chance, c'était l'été et je pus commencer dès la rentrée.

Je ne connaissais rien aux chevaux, j'avais eu quelques vagues cours d'équitation dans le passé qui n'avaient jamais été loin et ne m'avaient rien appris sur eux à proprement parler, mais j'aimais les animaux en général donc ça m'intéressait.

Ma thérapeute, tout comme à peu près tous les membres du personnel là-bas, était très sympa et ouverte, toujours dans la suggestion et l'écoute et jamais dans le jugement.

Après une heure de prise de contact, ça a commencé. À chaque séance, je pouvais faire exactement ce que je voulais comme je voulais : choisir le cheval, ou les chevaux, le lieu, monter, ne pas monter, faire une balade, apprendre un peu d'équitation, le brosser, l'emmener brouter, etc. Tout en racontant ma vie à la thérapeute autant que je voulais comme à une psy, un peu, et elle s'assurait que la séance se passe le mieux possible pour moi. C'était juste le bon mélange d'accompagnement et d'apprentissage de l'autonomie (ce dont j'avais besoin).

Au début, un peu conditionnée par les leçons d'équitation comme j'étais, j'avais un plan à peu près clair pour chaque séance : choisir le cheval, le brosser, le monter et faire une balade s'il restait du temps. Mais ce que j'appréciais, c'est que je n'étais pas contrainte de me dépêcher au risque d'avoir le sentiment de brusquer le cheval comme dans un cours d'équitation, personne ne me jugeait. Du coup c'était pas rare que je prenne tellement le temps de pas brusquer le cheval que je ne le montais pas du tout, mais je préférais comme ça.

Et puiiis j'ai rencontré le cheval qui allait tout changer et que j'appellerais K.

Jusqu'ici j'avais toujours eu (et demandé) des chevaux tout faciles, K. c'était un grisou hypersensible. Quand je venais vers lui avec le licol en main, il couchait les oreilles en arrière, se cassait, au galop parfois et se tournait comme pour botter. Donc je commençais par venir vers lui tout doucement et en le flattant tout doucement sur le nez et puis en posant le licol tout doucement, ça prenait au moins vingt minutes à chaque fois, et puis c'était rebelote avec la brosse, vingt minutes pour arriver à le toucher avec le brosse et qu'il se laisse faire (autant dire qu'il restait rarement le temps de monter) mais ce qui m'a fascinée avec lui, c'est que de séance en séance, j'avais l'impression que ça devait un tout petit peu plus facile. C'était limite imperceptible, ça s'est étalé sur des mois, mais j'ai fini par me rendre compte qu'il me reconnaissait, je sais maintenant que c'était pas étonnant du tout en fait mais à l'époque c'était extraordinaire pour moi d'avoir l'impression de nouer un lien de confiance, même si ténu que ça, avec un cheval en ne le voyant qu'une heure par semaine (deux heures quand je suis devenue accro).

Et puis, il est arrivé un truc. Quand je l'emmenais en piste, je le lâchais en liberté et jusque-là il était toujours parti loin de son côté pour faire des roulades et regarder les copains chevaux pendant que je discutais avec ma thérapeute. Un jour, il m'a fait la surprise de ma vie en venant se planter pile devant moi, sa tête vraiment pile en face de la mienne sans aucune raison compréhensible et il n'a plus bougé. J'ai commencé à le flatter sur le nez et c'était drôle, parce qu'on aurait dit qu'il appréciait les caresses et les refusait à la fois (il tournait la tête, et puis l'instant suivant il la posait sur ma main) et en même temps il ne bougeait pas, ma thérapeute m'a donné des conseils sur comment le caresser et il est resté là jusqu'à la fin de l'heure. C'était génial et complètement nouveau pour moi, j'avais vraiment l'impression d'avoir établi un genre de communication avec lui, enfin d'être arrivée comme à un accord.

Et puis à ce moment-là je me suis désintéressée progressivement de la monte, maintenant je ne monte plus du tout parce que je me suis rendu compte que c'est juste un truc qui me fait pas autant plaisir que la "communication" à pied.

Et au fil des années, K. m'a plusieurs fois fait des surprises comme ça. Il pouvait y avoir (et encore maintenant) plein de séances d'affilée où je me disais "il fera plus rien pour m'étonner" mais si, il m'étonne encore. Genre un jour que j'étais super triste, il m'a laissé lui câliner très longuement la tête en lui entourant l'encolure de mes bras, un truc que je ne peux virtuellement jamais faire. Ou bien, il a commencé à se coucher dans la piste quand il était fatigué, et puis à dormir, et puis même à s'endormir très profondément, ce qu'on prenait comme le signe qu'il se sentait en sécurité avec nous. Ou bien, un jour, il est allé se coucher de lui-même avec la tête juste devant le bout de mes bottes :D ça s'est jamais reproduit depuis. Récemment, il y a eu une fois où avant que je ne lui aie passé la corde à son licol, il a lâché son râtelier de foin et a marché tranquillement à côté de moi jusqu'à la barrière, je crois qu'il savait que j'allais l'emmener brouter. Une fois suivante, il m'a regardée attentivement de loin pendant que j'entrais dans le paddock et s'est détourné tout seul de son foin.

Je crois qu'il était toujours tendu avec moi avant, la tête haute, l'air crispé, il arrivait qu'il me bloque complètement dessus quand j'essayais de l'emmener, maintenant ça dépend aussi de son humeur du jour mais la plupart du temps, quand je vais le chercher, il suit lentement avec les oreilles légèrement penchées de chaque côté et la tête basse (un signe de détente chez le cheval). Tout a complètement changé.

C'est aussi grâce au clicker-training (si tu connais pas, une méthode d'éducation positive avec les animaux qui implique des récompenses). J'ai découvert ça pendant l'été passé avec un super livre qu'on m'avait offert et ma thérapeute m'a donné l'autorisation de tester ça en séance. K. a appris super vite et est toujours resté super motivé malgré mes erreurs, il est vraiment rapide de la comprenette. Il n'aimait pas qu'on se poste à son côté jusque-là, il fallait toujours qu'il se mette bien en face de nous, alors j'ai fait des exercices et il a fini par se mettre à côté de nous à tout bout-de-champ, ça lui est passé, maintenant il n'a plus de souci. Comme même au début de cette année-ci, il continuait à "râler" pendant une minute avant que je lui passe le licol, j'ai pris l'habitude de le récompenser à chaque fois. Plus de souci non plus. J'ai travaillé le fait de le caresser partout, de le toucher avec la brosse... tout des trucs avec lesquels il avait du mal, plus des exercices "amusants". Je n'ai pas tout réussi, j'ai fait mon paquet d'erreurs, mais ils ont été assez favorablement impressionnés par les résultats pour qu'ils parlent d'introduire les récompenses alimentaires plus souvent dans l'éducation des chevaux, ce dont j'ai été gavé fière (: Et puis, vers Noël, ma thérapeute m'a rendue super fière aussi en me proposant de travailler comme bénévole avec un poney que je ne connaissais pas, P., et qui posait des difficultés parce qu'il refusait de se laisser prendre les pieds au point qu'il fallait lui donner un sédatif chaque fois que le maréchal passait. Je l'ai pris comme une marque de confiance immense.

P., ça a été un sacré apprentissage. Je m'étais p'têtre imaginé que K. était "difficile" comme cheval, en fait je rigole bien maintenant parce que K. est très expressif et justement, c'est une bonne chose, il donne plein d'avertissements avant d'attaquer. Ce n'est pas le cas de P. parce qu'il n'a jamais été sociabilisé normalement, je l'ai appris bien après qu'il avait eu un passé difficile, on l'avait trouvé tout jeune tout seul dans un box avec deux autres chevaux et les pieds dans un état atroce. En plus, c'était un irish cob, une race de poneys très conscients de leur force. Et P. avait été mal éduqué dans sa jeunesse. Donc, ça a été l'énorme challenge pour moi surtout que j'étais toute seule pour une fois, mais justement, ça a été super formateur comme expérience. Surtout que P. était très différent de K. à peu près sur tout. Tout aussi malin et motivé, juste, au point que c'en devenait comique parce que ça devenait un duel de cervelles. x) Il est particulièrement doué pour exploiter la moindre faille pour obtenir ce qu'il veut.

Genre, il s'était mis à apprécier mes séances parce que carottes, parce que sorties (il ne sortait pas suffisamment auparavant parce qu'il était si difficile à manipuler). Donc, il a commencé à vouloir m'échapper quand je voulais le rentrer. Il trottait et galopait tout autour de la piste, il s'arrangeait pour me "coincer" entre son corps et le mur pour me forcer à m'éloigner, et puis quand j'ai développé mes aptitudes de ninja, il a trouvé une autre tactique : se rouler à répétition après que je lui aie passé la corde. Il avait été en liberté toute la séance mais non non, c'était à ce moment précis qu'il fallait se rouler parce qu'il savait bien que je le laissais faire, na, il grappillait des minutes.   J'ai commencé à me faire accompagner et maintenant j'utilise le clicker au retour, ça commence à beaucoup mieux aller.

Y a eu je sais pas combien de séances qui se sont terminées dans les larmes parce que P. m'avait embarquée sur trois kilomètres ou parce qu'il essayait de me "dominer". Si les membres du personnel n'avaient pas été super gentils et à l'écoute et si j'avais pas eu de l'aide ailleurs, j'aurais abandonné plusieurs fois. Finalement, j'ai pas abandonné et je me suis rendu compte à force que c'était la peur de l'échec qui me posait problème, qui m'empêchait d'avancer dans plusieurs domaines dans la vie. Et j'ai eu la preuve sur le terrain qu'en fait c'est pas si terrible de se tromper et même, ça peut être constructif. On a progressé avec P., on revient de loin franchement. Cette semaine-ci, ma thérapeute a pu lui prendre les deux pieds avant pendant que je le récompensais avec le clicker. Il n'avait même pas l'air stressé. Avant on ne pouvait même pas avancer la main vers ses jambes sans qu'il réagisse. Et elle trouve qu'il est devenu beaucoup plus positif dans son rapport avec les gens en général. Il a l'air mieux dans sa tête pour l'instant et ça fait plaisir (c'est sûrement pas juste grâce aux séances mais ça fait plaisir). ^^

Ça reste un challenge permanent et personne ne peut dire où ça va aller à chaque séance mais ce n'est plus comme avant, je suis beaucoup moins angoissée pour tout ça et un peu comme lui finalement, je "généralise" dans les autres domaines de ma vie. Voui Je crois que j'aurais jamais eu l'idée/construit/ouvert ce forum si j'avais pas eu cette expérience avec P. et certainement pas si j'avais jamais eu hippothérapie (je serais encore vivante ?).

Aujourd'hui donc il y a sept posters de Cheval magazine dans ma chambre plus le calendrier et je me passionne pour tout ce qui est éducation positive et communication non-violente en général, avec les humain-e-s aussi. Je n'avais pas de véritable passion avant, j'avais rien.

Les chevaux m'ont sauvée. BÊÊÊH BÊÊÊH BÊÊÊH (il faut imaginer que ce mouton et ce lama sont des chevaux parce que j'ai pas encore de smileys chevaux)

Et si tu as lu jusque-là, tu m'impressionnes Voui
avatar
Azel
Crayon volontaire

Messages : 82
Date d'inscription : 01/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma vie, c'est d'être fan

Message par Obsilys le Lun 7 Mai - 12:01

Fascinée admirative !!! Ton histoire et la façon de la raconter, je sens une vraie renaissance , que je souhaite a tous :) Il y a tellement de médiums différents, comme tu dis si bien ^^ Aller oser chercher ce qui ne va pas, se mettre a nu, oser, essayer ... c'est un mérite que l'on devrait je pense tous se payer !

Et ça n'étais pas trop long pour moi, je commande en avant premier le bouquin dont tu as posté la photo plus haut Miam

Obsilys
Pixel timide

Messages : 5
Date d'inscription : 06/05/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma vie, c'est d'être fan

Message par Invité le Mar 8 Mai - 23:08

J'ai tout lu aussi. Avec un peu de retard certes !

C'est très beau, je vois pas vraiment comment je peux donner mon ressenti, c'est si puissant qu'un mot ça veut rien dire à côté je pense. J'ai un peu l'impression de l'avoir vécu avec toi, tous ces transferts d'énergie, la combinaison des échecs et de la peur d'échouer. Finalement t'es allée super loin tu vois. C'est franchement formidable, voire même un peu miraculeux.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma vie, c'est d'être fan

Message par Origo le Mar 8 Mai - 23:16

Merci pour vos commentaires. J'en reviens pas que vous ayez lu tout ça. Je suis touchée que vous ayez été touché-e-s. ^^'

Pour moi aussi ça fait miraculeux. Quand j'étais ado, j'aurais été incapable d'imaginer la moitié de ça, je pensais que j'allais plus ou moins en rester au même point pour toujours.

J'ai eu énormément de chance de tomber sur Le Meilleur Manège du Monde, avec des gens sympa et ouverts qui se soucient autant de ton bien-être que de celui des chevaux et qui sont compétents pour soigner les deux. <3 L'hippothérapie c'est trop bien. (la conclusion...)
avatar
Origo
Admin

Messages : 178
Date d'inscription : 31/01/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://lartdelentraide.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma vie, c'est d'être fan

Message par Invité le Mar 8 Mai - 23:20

Je vais p't'être m'y lancer moi aussi ! J'ai un chien, c'est un bon début...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma vie, c'est d'être fan

Message par Origo le Mer 9 Mai - 0:08

Je crois qu'il existe aussi des thérapies avec des chiens, des chats. Je n'y connais rien. Mais je sais que l'hippothérapie est en pleine expansion. ^^

Par contre en ce qui concerne l'hippo, il y a souvent des listes d'attente. C'est difficile d'avoir une place et pas forcément bon marché, forcément... (au cas où ça intéresserait quelqu'un)

Et les chiens c'est trop bien (quel super slogan)
avatar
Origo
Admin

Messages : 178
Date d'inscription : 31/01/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://lartdelentraide.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma vie, c'est d'être fan

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum